Ma petite mamie.

Je ne m’attendais pas à devoir écrire ces mots de si tôt. Trop tôt à notre goût et avec un goût amer. J’ai toujours appréhendé ce moment. Ce jour on me dirait que tu es partie rejoindre les anges & qu’on ne t’aurait plus à nos côtés. C’est bête à dire mais moi j’aurais pensée que tu étais éternel. Comme l’amour que tu nous as toujours porté. 

Ce vendredi 8 mai tu es parti & depuis mon coeur pleure et tout mes ciels sont gris.

Alors où que tu sois, saches que même si ce jour là tu l’attendais, que tu le voulais tout en râlant qu’il ne voulait pas de toi là haut, ce jour est arrivé trop tôt. Tu es parti, et tu nous as laissé seuls ici. Et on a beau me dire encore et toujours que c’est ce que tu voulais, que c’est mieux pour toi & que là où tu es tu es bien, le goût amer reste. Encore. 

Ton petit sourire avec tes yeux rieurs, ta douceur, le bruit de tes chaussons trop grands quand tu courrais dans ces escaliers bancals, l’odeur de tes petits gâteaux parfaits & fait d’amour avec un grand A ainsi que ta joie de nous voir les dévorer, tes petites mains si douces qui savaient nous réconforter, ta sagesse et ton amour pour ton jardin. Ton jardin ton endroit à toi d’évasion dans lequel régnait la sérénité. Ton envie de toujours nous donné plus mais tu sais que ces petits gummybear que tu nous offrais avait meilleur goût quand il venait de toi. Un rien de toi me rendait heureuse, même le plus petit sourire.

Je pourrais conter encore et encore toutes ces histoires, tous ces souvenirs dont je regrette la fin. Je pourrais raconter chaque trait de ton visage que je connais tant, je pourrais raconter toutes ces choses qui me manquent et me remettre à compter le nombre de fois où tu nous as dit « mange », pour être sur qu’on ai quelque chose dans le ventre, parce que ventre bien rempli d’amour. Je pourrais raconter tant de chose.

Je te vois encore assise dans cette salle à manger ou cette cuisine, je te vois courir dans tes petits souliers dans le jardin pour arroser, dans la cour pour fermer les volets & même dans cette petite voiture au volant trop haut pour toi. Tu vois je pourrais tant en conter encore et encore … 

Tu sais, de là où tu es je sais que tu es bien, tu est en paix. Mais tu me manques. Je me repasse en boucle encore et encore tout ces petits moments à nous. Nos balades, nos moments de jeux, de rire, de larmes, de calme & de sérénité toujours aussi rempli d’amour avec le grand cœur que tu avais.

Alors certes c’est une page qui se tourne, une page qui en promet d’autres mais sans toi les lignes ne sont plus les même. Quand tu es parti c’est une partie de mon cœur que tu as emmené avec toi. Alors garde la proche de toi, et n’oublie jamais que l’on t’aime plus que tout. Ce n’est pas un adieu mais un au revoir. Et comme souvent je te le disais : je t’aime, prend soin de toi (où que tu sois). ♥

0

Blogueuse lifestyle, beauté & parfois mode; je tiens ce blog depuis 2012. Responsable marketing à coté de tout ça dans ma vie professionnelle, le blog est mon petit échapatoire. L'endroit où je divage, je m'exprime & partage ce que bon me semble.

Leave a Reply